PHOTOGRAPHIES Juliette George

INSTALLATION
Esprit es-tu là? au Musée Maillol

IMAGE Eponine Momenceau
MONTAGE Frank Seiler
MUSIQUE Charles-Edouard de Surville
PRODUCTION Pascal Barneville, Maud Descambres & Bastien Ehouzan pour l’Endroit
AVEC Pernille Bergendorff, Christophe Bier, Gerard Cherqui, Anaïs de Courson, Nicolas Delavergne, Philippe-Emmanuel Sorlin et Célian d’Auvigny, Clémence Beauxis, Jackie Raynal, Jean-Loïc François
SON Matthieu Gasnier
LUMIÈRE Amida Belgharbi
ETALONNAGE Florian Martiny
COSTUMES Jeanne Dekonink
MAQUILLAGE & COIFFURE Léna Autusse 

« Sous quelles formes les esprits se présentent-ils à nous? Quels moyens les défunts choisissent-ils pour entrer en communication avec les vivants ? De quelle manière représenter l’au-delà, rendre visible l’invisible ? Laurent Abitbol s’est plongé dans les réponse qu’Augustin Lesage, Victor Simon, Fleury Joseph Crepin, Elise Müller, Victorien Sardou et Hilma Af Klint ont apportés à ces questions.
Revenus du royaume des morts, se tenant devant nous tels des spectres apparaissant dans le clair-obscur d’un salon bourgeois, ces artistes nous racontent leur expérience singulière. Médiums, guérisseurs, peintres, ils entretiennent une relation intime avec les esprits qui se sont un jour révélés à eux, ces guides qui ont inspiré leurs pratiques artistiques et les ont accompagnés tout au long de leur oeuvre. 
Par l’hologramme, De l’Au-Delà propose au spectateur une expérience métapsychique qui explore les différentes représentations des esprits, Auras, ectoplasmes ou ondes lumineuses, des images fantômes dansent autour des acteurs au rythme d’une musique étrangement amplifiée par le décor lui-même.
Au-delà des interprétations scientifiques, philosophiques ou psychiatriques des pratiques spirites et des phénomènes médiumniques, cette oeuvre met en lumière ce qui rend les peintres spirites si émouvants : les foi en un possibilité de communiquer avec l’au-delà, en ces esprits qui les guident, en ces voix qui deviennent la leur, en un monde dans lequel la mort ne s’oppose pas à la vie."